Essai AUDI S3 265 ch

Posted by & filed under .

Appréciée notamment pour sa polyvalence et sa noblesse germanique, l’Audi S3 est l’une des rares autos qui fasse l’unanimité dans le coeur des jeunes et des moins jeunes. Les acheteurs de « S » ne s’y trompent pas, comme sa devancière, la petite bombe d’Ingolstadt devrait offrir un compromis idéal entre performances de haut niveau et souplesse d’utilisation et se révéler l’une des seules petites sportives du segment des « compactes premium » vraiment exploitable au quotidien.

En tirant 65 chevaux de plus du bloc 2.0 TFSI, cette dernière évolution de S3 gagne sur tous les terrains et se retrouve ainsi en surplomb de la concurrence. Le problème reste le tarif ; même si la belle ne souffre pas d’un mauvais rapport qualité / prix, il n’en reste qu’elle s’affiche à près 13 000 euros de plus que sa cousine Golf GTI et 5 000 euros de plus qu’une R32, voyons si elle les vaut réellement.

‘S’ look

Audi S3 - 2.0 TFSI : 'S' look

Côté look, contrairement aux kits « RS » de ses grandes soeurs, la S3 n’a jamais fait dans la démesure. Ici, pas d’appendices proéminents ni d’ouïes latérales intégrés à d’énormes pare-chocs, la sobriété est de mise et c’est mieux ainsi. Seule la face avant ultra agressive avec des optiques acérées, une calandre béante et un bouclier largement aéré trahissent la cavalerie. Les larges jantes de 18″ font désormais parties de l’équipement standard de la catégorie « compacte premium ».

Par rapport aux A3 « standards », l’assiette a été abaissée de 25 mm et des bas de caisse intègrent les flancs pour obtenir un bon « Cx » en diminuant la portance. A l’arrière, un diffuseur lui octroie une allure d’athlète prêt à bondir, tandis qu’un becquet, en continuité du toit, augmente l’appui sur le train arrière.

Sport

Audi S3 - 2.0 TFSI : <font color='red'>S</font>port

Exclusivement disponible en version 3 portes, la nouvelle Audi S3 se positionne clairement en « petite sportive premium » et mise sur un confort et des matériaux d’une qualité supérieure aux habitudes du segment. Cuir et alcantara recouvrent ainsi les beaux sièges baquets, les plus sveltes d’entres nous gagnerons à les remplacer par les modèles « Recaro » plus enveloppants. Les éléments chromés ou en métal poli et les surpiqûres contrastent avec l’austérité de l’habitacle et apportent une touche sportive du plus bel effet.

Le sifflement persistant du Turbo et les grondements de l’échappement favorisant cette ambiance « racing », comme sur la Golf GTI, le compteur se montre un poil optimiste 😉 en affichant 300 km/h.

A l’arrière, la place ne manque pas, et même si le confort est moindre qu’à l’avant, la place disponible (+ 29mm aux genoux et +23mm aux épaules par rapport à l’ancienne S3) permet de voyager dans de bonnes conditions.

Sensations

Audi S3 - 2.0 TFSI : <font color='red'>S</font>ensations

« Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois ». Jusqu’à présent, il faut l’avouer, dans ce segment de « petites sportives » nous n’étions pas vraiment gâtés côté sensations : trop de linéarité, trop de sécurité, trop de poids, et quelques fois vraiment trop de tout… Pour qualifier ces nouvelles « GTI’s » la presse n’est pas avare en superlatifs, pourtant les sensations ne sont pas vraiment au rendez-vous. J’étais persuadé que l’époque des bonnes vieilles « GTI’s » d’antan était révolue, cette S3 m’a réconcilié avec le présent et surtout avec ce segment.

Le bloc 2.0 TFSI tant plébiscité remplace le bon vieux 1.8 T. Il conserve tous ses points forts sous le capot de la S3 et passe d’une puissance de 200 ch à 5100 tr/min à 265 ch à 6000 tr/min. Pour encaisser le surplus de puissance offert par le big Turbo « KKK K04 » qui souffle désormais à 1.2 bars (contre 0.9 pour la GTI), une petite cure de stéroïdes est la bienvenue : nouveaux pistons, nouveaux segments, nouvelles bielles, culasse en alliage et bloc-cylindres renforcés sont de la partie pour fiabiliser l’ensemble.

A puissance et poids équivalents (~1450 kg), la concurrente directe BMW 130i se montre moins performante que cette Audi, la transmission « Quattro » de la S3 compensant pourtant le surplus de poids du 6 cylindres BMW. Grâce à une suralimentation, le 4 cylindres de la S3 développe 350 Nm (contre 315 Nm pour la bavaroise) et offre des temps canons (0 à 100 km/h : 5.7 s) jusque là réservés aux autos les plus sportives tels que la Subaru WRX STi. De plus, les consommations restent raisonnables (9,1 litres/100 km en mixte) si l’on évite d’utiliser le Turbo et que l’on use correctement des 6 rapports de la boîte méca (pas de DSG disponible). Concernant la fiabilité, il suffit de regarder la forme de la courbe de couple pour se faire une idée du potentiel de ce bloc ainsi équipé : La plage rectiligne de 2400 à 5100 tr/min souligne des possibilités encore plus importantes et non exploitées, donc une fiabilité au rendez-vous.

Sécurité

Audi S3 - 2.0 TFSI : <font color='red'>S</font>écurité

Plus longue de 55 mm et plus large de 2 mm par rapport à une A3 ordinaire, la nouvelle S3 bénéficie surtout d’un empattement allongé de 59 mm et d’un châssis surbaissé de 25 mm.

La transmission « Quattro » avec visco-coupleur de type « Haldex » offre de la motricité en toute situation et l’ESP, peu intrusif, laisse filer quelques sensations en rendant cette S3 très sûre. Un différentiel autobloquant électronique EDS positionné sur le train avant, s’adapte à toutes les situations, et permet de passer d’une répartition nominale de 50% / 50% jusqu’à 100 % sur un seul train si besoin est.

Très performante malgré ses 1455 kg et surtout agréablement agile grâce à une bonne répartition des masses (le 2.0 TFSI plus léger, est préféré au 6 cylindres 3.2 litres), cette S3 jouit de plus d’un amortissement de très bonne qualité offrant tout le confort que l’on espère d’une auto dont l’usage est quotidien, et ce, sans pénaliser la tenue de route ni le comportement à haute vitesse.

Concernant le freinage, les S3 que nous avons essayé ont résisté à plusieurs heures d’essais intensifs sur circuit sans que les disques ne soient voilés (345 mm à l’avant). La pédale s’enfonce avec les tours mais l’endurance est bonne.

Conclusion

La S3 est une formidable bombinette comme on les aime : performante, confortable et relativement sobre. Si la différence de prix avec la concurrence semble exagérée au premier abord, on se rend vite compte que cette « S » le vaut bien. Qualitative sous tous les angles, elle optimise les qualités de la Golf GTI qui n’en manque pourtant pas.

Si nous devions regretter quelque chose, ce serait l’absence de la fameuse touche « Sport » présente sur la RS4, histoire de rendre cette S3 encore plus docile à bas et mi régimes et donc de calmer les ardeurs (du conducteur et de la maréchaussée). En fait, c’est surtout histoire de trouver quelque chose à redire, car cette S3 sera assurément un succès commercial et risque, pourquoi pas, de devenir la la référence du segment en 2007. En attendant, il faudra patienter jusqu’au 14 décembre 2006 pour la voir débarquer sur nos routes.

« Remerciements 321auto.com »

VIDEOS

 

FORUM

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *