ESSAI BMW 330cd E46 204 CH

Posted by & filed under .

Ouhlala, un diesel diront certain mais que fait il par ici , est une sportive ou pas ? C’est une poele a mazout, ca pue, ca fume , et c’est pour faire des economies…

Bon je m’arrete la , j’aime bien cette voiture et je tenais a vous en faire profiter aussi, je pense qu’il s’agit d’une très bonne voiture et j’envisage peut etre d’en acheter une prochainement je vous tiens informé. Mais qu’en est il exactement ?

INTRODUCTION

Ce qui était inconcevable il y a peu de temps encore, devient réalité sur le nouveau coupé de la série 3 : sous le capot de la BMW 330Cd «bat» en effet le nouveau six cylindres de 3,0 litres de 204 chevaux.

Il était tentant d’implanter ce moteur à allumage par compression particulièrement vigoureux et dynamique et, donc, pour la première fois un moteur diesel, sous la livrée élégante d’un coupé racé. Le résultat de cette symbiose est impressionnant : sur toute la plage des régimes, le six cylindres diesel de la BMW 330Cd regorge de puissance et de punch. Accouplé à la nouvelle boîte mécanique à six rapports, il brille en même temps par un velouté exceptionnel tout en assurant une consommation très réduite.

INTERIEUR

A l’intérieur, la planche de bord a été revue et corrigée par rapport à la version précédente. Les matériaux employés sont encore de meilleure qualité que les précédents et l’ensemble ressemble exactement à ce que l’on attend d’une BMW : rigueur (voire même un peu de tristesse), solidité et fiabilité. Sans oublier bien sûr une bonne ergonomie des commandes.

Les passagers ne sont pas laissés pour compte même si la place disponible à l’arrière n’est pas, loin s’en faut, ce qui se fait de mieux dans la catégorie. Mieux vaut emmener avec soi deux enfants que deux piliers de rugby. Dans le même registre, le coffre de la 330cd n’est pas particulièrement spacieux.

MOTEUR

La BMW 330Cd est plus que la somme d’un moteur diesel plein de punch et d’une ligne de coupé dans l’air du temps. Elle témoigne surtout du rôle de leader incontesté que la marque BMW tient dans la technologie du diesel. Cela implique bien évidemment que le six cylindres diesel retravaillé a été soigneusement accordé au coupé série 3. C’est ainsi que le moteur à allumage par compression peut faire valoir toutes ses qualités d’athlète et toute son agilité sur le coupé qui permet ainsi une conduite d’un dynamisme inégalé. Par rapport au six cylindres diesel de 3,0 litres déjà disponible sur la berline BMW 330d, ce six cylindres diesel offre quelques atouts sensibles : la puissance nominale s’est accrue de 11 pour cent passant de 135 kW (184 ch) à 150 kW (204 ch) à 4 000 tr/mn, alors que le couple maxi. a progressé de 5 pour cent, passant de 390 Nm à 410 Nm. Le couple maxi. est d’ailleurs disponible dès 1500 tr/mn et garde ce niveau élevé jusqu’à  3 000 tr/mn – de quoi parler d’une profusion de force et de traction ! Le trois litres dispose d’une puissance et d’un couple nettement accrus sur pratiquement toute la plage des régimes.

Les performances routières s’en ressentent aussi : comparées à celles de la berline diesel 330d déjà connue (valeurs entres parenthèses), le nouveau coupé diesel passe en 7,2 secondes (7,8) de 0 à 100 km/h et accroît sa vitesse de pointe de 15 km/h pour atteindre 242 km/h (227). Le surplus de puissance est encore plus manifeste pour les reprises de 80 à 120 km/h en quatrième, qui caractérisent bien une manœuvre de dépassement courante : dans cette discipline, le coupé diesel franchit les 120 km/h après 6,1 secondes déjà (6,9). Bien qu’il soit donc nettement plus nerveux, le coupé diesel se contente d’une consommation exemplaire de 6,6 litres de gazole seulement aux 100 kilomètres (6,7) selon le nouveau cycle de conduite européen (NEDC).

COMPORTEMENT

Le train roulant de la BMW série 3, reconnu pour son excellence, transmet cette puissance si souverainement sur la route que le coupé BMW fixe de nouveaux repères en matière de dynamisme et de sportivité.La nouvelle BMW 330Cd ajoute une touche technologique particulière au segment des coupés sport compacts.

BMW a initié cette catégorie automobile et la domine depuis quatre décennies : avec le légendaire coupé 02, la marque a montré dès 1966 comment décliner une variante coupé originale et convoitée d’une gamme de berlines. Déjà à l’époque, les qualités primordiales de tout coupé étaient : puissance, naturel sportif et look racé – et donc identiques aux vertus typiques de la marque BMW.

La technologie ultramoderne sous une robe à la coupe parfaite. Avec le six cylindres diesel, la BMW 330Cd reçoit une boîte mécanique à six rapports offrant le rapport optimal à chaque régime moteur. En option, le coupé peut aussi être doté de l’éclairage directionnel adaptatif, une technologie révolutionnaire permettant de mieux illuminer la route dans l’obscurité et, par là, d’obtenir une amélioration significative de la sécurité de conduite. Simultanément, le style du coupé commercialisé depuis 1999 a été soumis à un restylage savamment dosé qui confirme son allure sportive et dynamique tout en soulignant l’indépendance esthétique du coupé par rapport aux berlines et touring de la série 3. C’est ainsi qu’en adoptant des phares retravaillés, des naseaux plus larges, un dôme de puissance remodelé et un bouclier plus grand en surface, la proue du coupé affiche encore plus de prestance et de punch. Grâce à la barrette d’ouverture plus large sur le capot du coffre, aux nouveaux optiques faisant appel à des diodes électroluminescentes et au bouclier redessiné, la poupe a, elle aussi, visiblement gagné en finesse. Quant aux améliorations de détail et d’équipement ainsi qu’aux nouvelles teintes de carrosserie, elles répondent aux souhaits des conducteurs de coupé désireux de personnaliser encore plus leur voiture et de lui conférer encore plus d’originalité.

Boite 6 ou Boite 5 Steptronic

Pour la boite manuelle, six rapports pour une magnifique joie au volant et une consommation  réduite.Jusqu’à présent, les boîtes manuelles à six rapports étaient chez BMW réservées à quelques modèles seulement, désormais, le coupé diesel pourra également s’en vanter. D’une part, le conducteur peut ainsi appeler un couple élevé à pratiquement tous les régimes et toutes les vitesses, d’autre part, il peut aussi être avare en changements de vitesse, sans que son coupé ne perde beaucoup en agilité.

Certains vous diront préférer la 6 manuelle, pour ma part , la 5 Steptronic s’avère être un bien meilleur choix pour ce type de motorisation.

Alors, que dire d’autre ? RAS! Il n’y rien a ajouter. Elle est parfaite. Quoique, une petite chose. Le moteur pousse tellement que l’on regrette un peu d’être interrompu un peu avant 5000 tr/min… C’est la seule chose qui puisse faire que les sportifs lui préfèrent la 330i. Mais pour les plus fous, il ne faut pas oublier que des preparateurs officiels (Alpina, Hartge) s’attachent à faire de votre 330cd une véritable monstre de la route . Certains autres preparateurs aussi y vont de leur savoir faire et sortent des machines vraiment très bonnes , après c’est affaire de goût et de moyens.

 

VIDEOS

Un indémodable , essai allemand de la 330cd

et un essai italien

Accélération….

 

 

AVIS DE PROPRIETAIRES

ICi un avis d’un proprietaire bien connu des forums, merci à lui et à sa magnifique 330cd

Je vais vous présenter du mieux que je peux ma voiture et son histoire.

C’est un modèle 330cd e46 ph2 (10 2003) totalisant 40 mkms.

Cela faisait un moment que je souhaitais rouler Bavarois, j’étais tombé sous le charme du série 3 coupé.

Aprés avoir bien cherché j’ai trouvé celle que je cherchais, la surprise c’est qu’elle était simplement neuve! *br*

Peinture métal gris titant Cuir, gps, bluetooth, pack MII, électrique, sport, jantes en 18″ (135M).

Je monte dedans, démarre le tracteur, explore l’odb et là j’hallucine
Ce qui m’a choqué c’était la conso qui n’avait jamais été resetée depuis le départ !!!!!!!!!!!!!!!!

Résultat: 37 mkms et moyenne 1 et 2: 6l/100 amen!

C’est donc une titine qui n’a fait quasiment que de l’autoroute, jamais de ville.

Les destinations enregistrées dans l’ordi me confirmèrent que c’était que des longues distances à raison de 2 X par semaine.

Au niveau des impressions:
La finition est trés bien, le pack M un bonheur pour les yeux, le cuir est parfait mais on glisse un peu malgré les baquets dans les virages appuyés (faut bien se servir du repose pied). Par contre les sièges électriques à mémoire (même les rétros se règlent en fonction du conducteur) c’est terrible. Pareil le rétro passager se baisse en mode marche arrière

La position de conduite est parfaite, le volant M un exemple en terme d’ergonomie, le levier e vitesse tombe sous la main avec ou sans l’accoudoir. L’aspect carbone me plait bien, ça la démarque. Il faut une certaine habitude pour bien passer la 2 sans forcer aprés une grosse accélération, mais c’est précis.
Pareil sur le mouillé mieux vaut relancer un peu les régimes avec le talon pour éviter d’avoir trop de frein moteur.

J’ai fait poser un radar de recul invisible (bande magnétique posée à l’intèrieur du bouclier) qui est super efficace.
J’ai fait laquer la jupe arrière pour harmoniser l’ensemble.

D’un point de vue conduite:
La motricité trés correcte, même sur le mouillé (avec des pneus en bon état).
Le pack sport est impressionnant, ça vire à plat et ça grippe à n’importe quelle vitesse sur le sec…

Le dsc fait du bon travail, activé il est difficile de la mettre en défaut, mais c’est chiant de n’avoir plus rien sous le pied des que ça survire ou patine un peu. En position intermédiaire, il est trés bien, un peu moins permissif, mais bride beaucoup moins le moteur.
En « off » c’est rock’n roll sur le gras, trés pratique pour tourner si on n’ a pas la place de braquer ou pour drifter un rond point (attention ne jamais faire celà sinon les sctroumpfs ils vont enlever la confiance que sarko a mis en toi et michelin va enlever les sous de ton compte pour remettre de la gomme autour des jantes)

Sur le sec elle commence par souvirer un peu si on ne la place pas mais à la réaccélération elle survire agréablement ce qui la rend trés efficace.

D’origine, le bruit du moteur est correct mais fait un peu bus/tracteur, le manque de réactivité agace il faut attendre 2 segondes pour que le moteur se mette en charge… Avec un tel chassis… c’en est frustrant, même avec 218ch et 460nm au lieu de 204 et 410

J’ai donc fait faire un programme pour améliorer la réactivité de l’accélérateur, baisser le turbolag, améliorer l’allonge du moteur jusqu’à 5000t/mn. J’ai ainsi gagné 50ch et 9m/kg. Le bruit a changé aussi, il siffle un peu plus et est devenu rauque.

J’ai traité le gazole avec du cti (pour bien décrasser aprés un rodage de 37000kms et aider au changement de conduite), l’huile moteur avec du marly zenox, à base de nano céramique, trés bien pour éviter la rupture du film d’huile à haute température et retarder l’usure à froid et dans tout les cas surtout pour le turbo.

Seul point négatif: le freinage; bien qu’il soit mordant et puissant, il manque quand même d’endurance si on allume.

Voici l’essai du même modèle par un magazine spécialisé allemand

Place aux photos…

Intèrieur:

Image
Image
Image
Image

Image

Extèrieur:
Image

Image

Image
Image
Image

Image
Image
Image
Image

Côté moteur:

Image

Voilà, j’ai passé pas mal de temps à préparer ce post, mais bon vu le temps que j’ai mis à la trouver et vu que c’est la 1ère mazout que j’apprécie autant ça me fait plaisir de partager un peu…

Ca fait 20 mkms que je l’ai maintenant et vraiment une trés bonne voiture, manque que le pont autobloquant et ce serait encore une meilleure pistarde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *