Essai OPEL CORSA OPC 192 ch

Posted by & filed under .

Avec l’arrivée de la petite Corsa, la gamme OPC est désormais complète. La dernière à sortir des ateliers « Opel Performance Center » apparait très aboutie. Même si cette Corsa ne semble pas connaître le sens du mot « discrétion », elle s’avère tout de même très séduisante compte tenu du nombre de tête qu’elle fait tourner. Nous vous invitons à prendre place à bord afin de découvrir avec nous la plus cool des OPC.

Gran turismo

Opel Corsa OPC : Gran turismo

Question look, l’Opel Corsa OPC ne fait pas dans la demi-mesure. Au même titre que les autres modèles de la gamme, on la reconnait du premier coup d’oil quelque soit le profil exposé, ce n’est pas une voiture pour les timides. C’est la mode en ce moment, le kit carrosserie s’inspire de la compétition automobile et met très bien en valeur les courbes, prises d’air et autres ouïes réparties sur les boucliers. L’imposant spoiler et la calandre sont largement aérés tandis que les antibrouillards se logent aux extrémités du spoiler.

On retrouve bien entendu le regard perçant de la Corsa, formé par d’imposantes optiques allongées. Les rétroviseurs adoptent un look original à double branche mais sont étonnamment fixes. Attention aux dégâts ! Les grosses jantes de 17 pouces habituelles aux OPC sont chaussées de pneumatiques Continental SportContact 3 en 215/45. A l’arrière les feux sont teintés et des ouïes apparaissent sur le pare-choc. Un diffuseur accueil l’échappement central triangulaire, et augmente la portance du train arrière, tout comme le proéminent becquet de toit.

Un habitacle surprenant

La portière n’est pas encore ouverte et nous distinguons déjà un équipement surprenant. A bord, nous sommes totalement bluffés par le design ultra sportif des sièges baquets Recaro (intégrant des airbags latéraux), et au moins autant par la qualité de la planche de bord et le look noir brillant de la console centrale. Une fois n’est pas coutume, le choix des matériaux est sélectionné avec goût, on trouve notamment des commandes de lèves vitres en plastiques transparents très qualitatifs. Le volant est assez épais mais adopte une forme ergonomique, une surpiqure grise rappelle le point neutre comme en rallye, et un méplat facilite l’accès à bord.

Globalement la qualité d’ensemble et les finitions sont en hausse par rapports aux standards de la marque et même du groupe. Les baquets signés Recaro se montrent particulièrement confortables et leur maintient latéral vraiment parfait. Nous regrettons toutefois que le revêtement des sièges soit assez fragile. Petite déception, la ceinture de sécurité est difficile d’accès et il faut une technique particulièrement élaborée pour y accéder avec ces baquets.

Côté détails pratiques, on trouve notamment une prise jack à l’avant du levier de vitesse pour brancher son lecteur MP3, et la boite à gants abrite un logement pour ne pas renverser votre Cola en sortant de votre fast-food favoris, terminé les sièges inondés !

Moteur / boîte

Sous le capot, on retrouve le bloc 1.6 litres turbocompressé qui fait le bonheur des possesseurs de Meriva OPC. Le quatre cylindres en ligne 16 soupapes, monté en position transversale avant, développe 192 ch à 5850 tr/min et un couple maxi de 266 Nm à 1980 tr/min. Des chiffres peu parlant sans être mis en relation avec le poids total de la bombinette, qui n’est que de 1203 kg. Le rapport « puissance / cylindrée » est ainsi de 120 ch / litre et le rapport « poids / puissance » de 6.27 kg / ch. Impressionnant sur papier, mais pas tant que cela en réalité. Pour arriver à de tels chiffres, on retrouve un turbo Borg Warner d’une pression de suralimentation maximale de 1.3 bars et un échangeur air / air. Dans ces conditions les montées en régimes sont vives et immédiates et on passe son temps à changer de rapports.

La Corsa OPC est également capable de rouler tranquillement. Un petit temps d’adaptation est alors nécessaire car la pédale d’accélérateur est très légère. La souplesse du moteur est l’une de ses qualités les plus appréciable, avec une capacité à prendre des tours dès les plus bas régimes même à 50 km/h sur le 6ème rapport.

La boîte de vitesse à 6 rapports est rapide mais la commande n’est pas la plus précise qui soit, et la tringlerie est toujours aussi bruyante. Son étagement nous a semblé assez convaincant même si la première est un peu courte et la quatrième un peu longue. Petits bémols, la réponse de l’accélérateur n’est pas immédiate. Les consommations en rythme sportif atteignent des sommets et il ne faudra pas compter faire plus de 300 / 350 km avec les 45 litres du réservoir.

La sonorité de l’échappement et le sifflement du turbo sont relativement discrets pour une OPC. Ce n’est pas plus mal car avec de telles vocalises, les passants non habitués aux sonorités sportives vous prendront déjà assez pour un psychopathe.

Sur la route

Niveau comportement, la Corsa OPC est un vrai Kart. Son châssis abaissé de 10 mm est rigidifié par l’emploi de barres antiroulis sur l’essieu arrière et par l’augmentation du diamètre des barres stabilisatrices (+10mm). La prise de roulis est également contenue grâce aux choix de lois d’amortissement adaptées, travaillées par les ingénieurs OPC sur le célèbre circuit du Nürburgring.

A ce niveau de puissance, on ne lui reprochera pas de faire l’impasse sur le différentiel autobloquant, même si le train avant assez léger n’est pas toujours en contact avec le sol. Les réactions de la Corsa OPC sont assez instinctives et prévisibles, même avec l’ESP déconnecté et sous la pluie, ce qui est rassurant. La direction, un peu floue, gagnerait simplement à être moins assistée. Face aux 207 RC et Clio RS, l’Opel Corsa OPC n’a pas à rougir.

Côté freinage, la Corsa peut compter sur de gros disques ventilés de 308 mm à l’avant et de 264 mm à l’arrière, qui lui assurent puissance et mordant.

Conclusion

La Corsa OPC nous ont globalement convaincu. Très aboutie en termes de sécurité, de performance et de confort à bord, elle joue sans complexe dans la cour des petites GTI face aux deux références françaises.

A défaut d’être la plus pointue, c’est la plus exubérante des trois et celle qui affirme le plus sa personnalité. Affichée à partir de 21 000 €, l’Opel Corsa OPC est une bonne affaire.

« Remerciements à 321auto.com »

VIDEOS

 

 

FORUM

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *